Questions fréquemment posées

Pourquoi les couleurs Chocolat et Lilac ?

Nous élevons nos Somalis dans plusieurs couleurs dont le Chocolat et le Lilac :

Pourquoi des Somalis en couleur Chocolat et Lilac ?

La chatterie de la Rivaleraie aime le Somali dans toutes les jolies teintes qu'il se pare... Nous avons une profonde affection pour le chocolat et le lilac... Ce sont deux couleurs très peu connues qui ont été introduites il y a plus d'une trentaine d'années... mais qui n' intéressent qu'un tout petit nombre d'éleveurs... Par conséquent elles sont méconnues du grand public et peu représentées dans la race.
C'est bien dommage car elles s'intègrent complètement dans la palette de nuance 'd'automnes" des Somalis.

Notre rencontre avec Pistil de Bethsabée, fiancé chocolat de Romance et père de notre premier chaton, nous a marquée à jamais et c'est lui, son caractère si plaisant et sa couleur unique qui nous a amené au chocolat. Notre but est de faire connaître ses jolies couleurs au grand public et aux juges, pour que tout le monde puisse avoir la chance comme nous de vivre et d'admirer le Somali dans ses teintes sucrées !

Historique

La couleur chocolat et sa dilution le lilac a été introduit dans la race par des mariages avec d'autres races comme les siamois ou les burmeses dans les années 1970.

En France, le chocolat a fait son apparition dans le Somali par deux principaux programmes d'élevages :
• Celui de la chatterie de Bethsabée
• Celui de la chatterie Signé Cat's Eyes (http://www.somalis.fr/wordpress/?page_id=11)

La lignée chocolat française que nous travaillons est issue de ces deux programmes, en effet D'Ayanne a dans sa lignée maternelle, en cinquième génération : Jingle Signé Cat's Eyes, issu du mariage de Iron du Sablonat (Somali Sorrel) & Iowa D'AR DE L'EFA (Balinaise chocolat smoke).
Et également beaucoup plus loin et sur l'autre branche maternelle, en dixième génération : BARREDECHOC DE KER-DIDROUZ, issu du mariage de Alassoup de Bethsabée (Somali sorrel) & d'une Siamoise chocolat point.

La lignée chocolat de Torrylinnn est issue d'un programme Hollandais. L'introduction du chocolat a été faite par le mariage entre un Abyssin Sorrel et un Burmese Chocolat (HUNTER V.D. RUHR) dans les années 90.

La couleur Chocolat :

Elle est intermédiaire entre le Lièvre et le Sorrel, avec un ticking brun foncé et un sous-poil abricot. Le maquillage et l'extrémité de la queue sont de couleur marron. La gorge, le ventre et l'intérieur des pattes, couverts de poils sans ticking, sont beige abricot. Les semelles sont marron foncé, la truffe est chocolat clair et cerclée d'une ligne de la couleur de base, et les coussinets sont marron.

La couleur Lilac :

Elle est intermédiaire entre le Bleu et le Fawn, avec un ticking gris rosé et un sous-poil mauve pâle. Le maquillage et l'extrémité de la queue sont de couleur gris rosé. La gorge, le ventre et l'intérieur des pattes, couverts de poils sans ticking, sont mauves. Les semelles sont gris taupe, la truffe est rose et cerclée d'une ligne de la couleur de base, et les coussinets sont rosés.

Comment différencier leurs couleurs ?

De quelles couleurs sont leurs yeux ?

« Il suffit de croiser son regard avec celui d''un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes. » Jacques Laurent.

Tout comme les bébés humains, les chatons naissent tous avec les yeux bleus.
La couleur de leurs yeux commence à changer vers un mois, et en général se fixe seulement à l'âge adulte, vers un an et même plus dans certains cas.
Chez les SomAbys, il n'est pas rare d'avoir des jeunes chats avoir les yeux or qui passeront à la couleur verte passé un certain âge !
Le mode de transmission de la couleur des yeux est encore très flou, on remarque que le vert est récessif par rapport à l'or, et que l'intensité dépend entre autre de certains polygènes.

Il existe une grande gamme de teintes pour une même couleur :

L'or va du jaune doré au cuivre, le vert peut être émeraude ou au contraire délavé…

Qu'est-ce-qu'un Abyssin variant ?

Nous vous invitons à lire cet article pour en apprendre plus sur l'Abyssin dit variant :

Abyssin variant

Quel est le caractère du Somali ?

La première fois que vous croisez un Somali, sa beauté capte toute votre attention. Mais ce n'est pas qu'un joli chat, non, chez lui tout est harmonie : caractère d'Or dans un corps de Soie. Personne ne peux résister à son tempérament aux milles facettes, c'est d'ailleurs ce que les éleveurs et heureux propriétaires s'attachent à promouvoir :

Intelligent: Doté d'une grande intelligence, le Somali a une mémoire impressionnante... il aime observer et n'a pas besoin de mode d'emploi pour ouvrir une porte, un placard... c'est aussi un expert pour manipuler les robinets pour y boire ou tout simplement jouer avec l'eau !

Affectueux: Avec lui vous signez pour des années d'amour et de tendresse. Il aime se blottir contre vous pour de longues séances de câlins au son de ses ronronnements. Il vous fera la toilette comme si vous faisiez partie de sa "meute". Le Somali est un chat facile à vivre et proche de sa famille... comme tout les chats il aura des affinités plus développées avec son maître mais il reste affectueux et agréable avec tous.

Curieux: Sa curiosité est presque sans limites, il est toujours prêt à participer à la vie de famille... Cuisiner, lire, jardiner... il est prêt à tout pour passer son temps avec vous !

Communicatif: Il aime se faire entendre par de très doux roucoulements mélodieux à l'oreille ! Son registre de "miaous" est riche, il tiendra de longue conversation avec vous !

Sociable: Le Somali est un chat sociable qui aime le contact. Il devient vite l'ami des chiens, chats ou autres animaux de son foyer... C'est un hôte en or qui accueillera avec grand plaisir les invités qui passeront le seuil de sa maison.

Généreux: D'un naturel joyeux, le Somali aime partager... il offre avec générosité amour, tendresse et joie de vivre à ceux qui croisent son chemin.

Joueur: Le Somali garde un côté chaton tout le long de sa vie et s'amuse à inventer toutes sortes de pitreries pour attirer votre attention. Il aime aller chercher et vous apporter des jouets, un vrai "chat-chien"... "chat-singe"... C'est un compagnon idéal qui n'hésitera pas à jouer avec les enfants !

Charmeur: Si il y a une qualité à retenir de notre petit chat-renard c'est bien son côté charmeur... C'est un envoûteur de coeur, personne ne lui résiste... Il lui suffit d'un clignement de cils pour captiver humains, chiens, chats & Cie.

Après ces quelques lignes qui ne décrivent qu'une infime partie du tempérament adorable du Somali, vous aurez compris qu'il est aussi beau qu'il a excellent caractère !

Que dois-je acheter pour rendre mon chat heureux ?

Une petite liste du trousseau "idéal" de votre futur chaton :

•Le panier de transport devra être votre première acquisition. Choisissez un modèle sûr, pratique et facile à nettoyer.
•L'arbre à chat et/ou griffoir
•Bac à litière ( ouvert, fermé, avec ou sans porte... vous avez l'embarras du choix !)
•La litière ( Le choix est vaste, n'hésitez pas à demander conseil à l'éleveur du chaton, il saura vous guider.)
•Différents paniers /couvertures / hamac pour dormir et faire la sieste ( en plus de votre lit et du canapé !)
•Jouets
•Un harnais et une laisse
•Bols/gamelles ( céramique, verre...)
•Une brosse
•Un coupe griffe

Et surtout beaucoup d'amour envers votre futur petit compagnon et ce pendant toutes les années que vous partagerez avec lui !

Mâle ou femelle ? Stériliser ou non ?

Il existe très peu de différences au niveau caractère:
Il apparaît que les mâles sont plus calmes et posés et que les femelles sont plus indépendantes, mais çà peut être l'inverse également ! Chaque chat a, en plus des traits de caractère liés à sa race, son propre tempérament : aventurier, déluré, timide, gourmand, têtu...

Un mâle sera physiquement plus imposant (entre 3,8 et 5 kg) contrairement à une femelle qui sera plus fine et plus élégante (entre 2,5 et 3,5kg ).

Quand à leur comportement sexuel, une femelle pourra être très bruyante alors qu'un mâle marquera son territoire ... c'est à dire votre maison ... Dans les deux cas, si vous ne désirez pas élever, il faudra envisager la stérilisation.

Pour le mâle, l'intervention est simple et bénigne. Pour la femelle, l'opération est plus complexe mais ne présente pas de grands risques. Elle lui évite également bon nombre de problème de santé (infections de l'utérus) et limite le risque de tumeurs des mamelles.

Il existe dans le commerce des médicaments contraceptifs à utiliser avec modération puisqu'ils ne sont pas sans danger pour la femelle.


Quels sont les dangers domestiques pour mon chat ?

L'intérieur de votre foyer recèle maints dangers. Quelques mesures simples de précaution s'imposent:

•Tout d'abord, pensez à grillager vos fenêtres pour éviter les chutes mortelles.
•Méfiance des fenêtres à oscillo-battant, le chat peut rester coincer dedans, s'étouffer ou rester handicapé à vie !
•Cacher les files électriques/ attention aux prises de courant.
•Ranger les produits ménagers, les pesticides et autres substances mortels.
•Ne laisser pas trainer vos médicaments !
•Ranger les petits objets : élastique, aiguille, laine, punaise, etc
•Attention aux sacs en plastiques et à la ficelle des sacs poubelles.
•Toujours vérifier le lave-linge, le sèche-linge et le lave-vaisselle avant de les fermer ou de les mettre en marche !
•Attention à la cuisinière, le chat peut se brûler les pattes dessus !
​•Attention aux plantes toxiques présentent dans votre foyer...

Somali /Abyssin variant, chat d'intérieur ou chat d'extérieur ?

Somali, Abyssin et Abyssin variant sont des chats totalement adaptés à la vie en appartement, si toute fois ils ont le matériel nécessaire pour leur assurer une vie heureuse ( arbre à chat, jouets, jeux et câlins avec ses maîtres...)
Se sont également des chats robuste et actif, un accès à l'extérieur, leur fera toujours plaisir.

Bien évidemment, qui dit extérieur dit danger : voitures, empoisonnements, maladies mortelles par contact avec d'autres chats ( bagarres, saillies si votre chat n'est pas stérilisé...), chasseurs ( balles, pièges...), chiens, chutes d'arbres ou de toits...
Votre chat peut se perdre, être volé, etc...

Nous vous conseillons si vous voulez que votre chat vive longtemps auprès de vous et si vous souhaitez lui offrir des sorties extérieures, d'utiliser les solutions suivantes :

•Construire une chatterie/enclos extérieure.
•Clore votre jardin avec des grillages "anti-fuite anti-intrusion".
•Le sortir avec un harnais et une laisse si votre jardin ne peut être sécurisé.

Que mangent vos chats et vos chatons ?

Nos chats et chatons sont nourris avec des aliments de qualités et très variés que nous avons sélectionné avec soin.

Pour maintenir un animal en bonne santé (comme dit plus bas concernant l'article sur l'insuffisance rénale), le point le plus important est la nourriture...

L'abyssin et le somali sont comme tous les félins des carnivores, leur alimentation doit être  majoritairement composée de viande.

Nous donnons les produits easybarf à nos chats : http://www.easy-barf.com


Si vraiment vous ne pouvez offrir à votre animal ce type d'alimentation 100% du temps, faites le au moins 1 fois par jour et complémenter avec une alimentation humide sans céréales : Feringa, Terra Faelis, Grau, Leonardo, Mac's, Catz Finefood, Animonda carny, Smilla thon,  Applaws, Porta 21, Cosma nature....

Donnez autant que possible des boîtes humides ou de la viande crue à vos animaux. Il est très important de varier un maximum l'alimentation de nos chats surtout si ils mangent des croquettes qui est une alimentation sèche. 
Le chat ne boit pas assez pour compenser cette alimentation, par conséquent il fatigue son système rénale. 


* Toutes ces marques se trouvent sur le site Zooplus.fr

 Ne vous laissez jamais aveugler par le marketing de certaines marques de pet-food ! 

Point santé de vos chats ?



Génétique

Pk-def : Tous nos chats sont testés sain contre la Pk-def.
PRA: Tous nos chats sont testés sain contre la PRA sauf Hazaël qui est porteur sain.
Amyloidose Rénale: A notre connaissance, il n'y a pas de cas dans les ancêtres proches de nos chats.
Luxation Patellaire: A notre connaissance, il n'y a pas de cas dans les lignées de nos chats.

Nous espérons que les laboratoires génétiques pourront très rapidement proposer des tests contre ces deux dernières maladies génétiques.

Santé de la Chatterie :

Notre chatterie est suivie régulièrement par notre vétérinaire : Céline Clément à Cabanac (33)

Nos chats ne sont pas hypocondriaques (et nous non plus), nous cohabitons avec sérénité avec une multitude de petits microbes qui vont et viennent au gré des saisons. Ils peuvent tomber malade tout comme nous, mais afin de réduire ce risque nous avons mis en place des règles d'hygiène simple et un protocole de santé :

• Tests réguliers FelV et FIV (Entrée d'un nouveau chat dans la famille, avant une saillie, saillie extérieur,)

Nos chats sont testés annuellement négatifs FelV et FIV.

• Tests coronavirus par PCR sur écouvillon rectal (pendant la quarantaine d'un nouveau venu, avant une saillie extérieur...)
• Coprologie parasitaire (pour cibler les parasites qu'ils peuvent avoir et par conséquent mieux diriger l'acte de vermifugation).Grâce à cet acte, si les coprologies indiquent des parasites, nous sommes en mesure de savoir contre quel parasite nous devons les vermifuger.
• PCR sur selles pour Giardia, Coccidiose & Tritrichomonas Fœtus (La chatterie a été testée négative : en 2013, 2014 et 2015)
• Désinfection régulière de nos locaux (notre maison, meubles, arbres à chat, textiles, coin dodo, gamelles, bacs litière...).
• Hygiène mise en place lors des visites des chatons (laver les mains, ôter les chaussures..)

Tests en cours :
• Identification génétique de nos reproducteurs.



Qu'est-ce que la PKdef ?

La PK- def (Déficience en Pyruvate Kinase) est une maladie génétique qui touche principalement certaines races de chien et de chats, dont l'Abyssin et le Somali. Les animaux atteints souffrent d'anémie, plus ou moins grave, à cause de la dégradation de leurs globules rouges dû à un manque de pyruvate kinase. Cette maladie apparaît à n'importe quel moment dans la vie du chat, la durée de vie de ce dernier est variable d'un individu à l'autre: de 1 à 12 ans. C'est une maladie grave qui peut passer inaperçue dû à l'organisme qui va combler cet dégradation de globules rouges par une production plus intensive. Les principaux signes cliniques sont une grande fatigue et une perte d'appétit, qui dans la majorité des cas ne sont pas remarqués par les maîtres de l'animal. Cette maladie est héréditaire, de façon autosomale récessive, c'est-à-dire qu'il faut que chacun des parents soient porteur d'un allèle défectueux, pour que le chat développe cette maladie.

Après un test ADN, le statut d'un chat par rapport à la PK-def pourra être soit:

– Indemne = Pk n/n : les deux allèles sont fonctionnels. Le chat ne développera jamais la maladie et ne la transmettra pas à sa descendance.
– Porteur = Pk n/def: un allèle est défectueux, l'autre est fonctionnel. Le chat n'aura aucun symptôme, mais il transmettra l'allèle défectueux à 50% de sa descendance.
– Atteint = Pk def/def : les deux allèles sont défectueux, le chat développera des anémies et transmettra à toute sa descendance un allèle défectueux.

Pour éradiquer la Pk def, il existe un test ADN proposé par différents laboratoires:

•Laboklin en Allemagne : http://www.laboklin.de/
•Genindexe en France : http://www.genindexe.com/
•Langford en Angleterre : http://www.langfordvets.co.uk/diagnostic-laboratories

Ce test est une grande avancée, notamment pour éloigner les chats Pk def/def et d'éviter les mariages dangereux. Dans l'idéal, il ne faudrait que des reproducteurs sains non porteurs. Cependant il est tout à fait possible de faire reproduire un chat porteur ou atteint ( à éviter dans le cas d'une femelle atteinte, étant par conséquent sujette à l'anémie car risques pendant la grossesse, la mise bas et l'allaitement d'une portée.) si il a une importance capitale dans votre élevage, dans ce cas il est possible en une ou deux générations d'éliminer la déficience PK.

Voici la liste des six mariages existants dans le cas de la Pk def. Les trois premiers sont acceptables, bien que le premier soit l'unique cas de figure idéal. Les trois derniers sont à condamner fortement de tout élevage sérieux, il est trop cruel de faire naître consciemment des chatons condamnées à l'avance!

Mariages acceptables :

Mariage n° 1:

Pk n/n x Pk n/n = 100 % de chatons indemnes.
Les chatons n'ont pas besoin d'être testés

Mariage n°2:
Pk n/n x Pk n/def50% de chatons indemnes et 50 % de chats porteurs.
Tous les chatons devront être testés!

Mariage n°3:
Pk n/n x Pk def/def = 100 % de chatons porteurs.
Les chatons n'ont pas besoin d'être testés car ils sont tous porteurs.

Mariages interdits :

Mariage n°4: 

Pk n/def x Pk n/def = 25 % de chatons indemnes, 25% de chatons atteints et 50% de chatons porteurs.
Mariage n°5:

Pk n/def x Pk def/def = 50% de chatons porteurs et 50 % de chats atteints.

Mariage n°6: Pk def/def x Pk def/def = 100 % de chatons atteints.

​Ces mariages sont à interdire et n'ont aucun autre intérêt que de faire souffrir les chatons concernés.

Qu'est-ce-que la PRA ?

Il existe chez le chat Abyssin ou Somali, une affection génétique appelée Atrophie Rétinienne Progressive (PRA).

Il n'y a aucun symptôme extérieur, la Pra est une maladie indolore qui provoque la dégénérescence des cellules de la rétine de l'œil. Dans la majorité des cas, cette maladie passe inaperçue sauf au stade avancé où le chat se comporte anormalement et qu'il se trouve totalement désorienté par son handicap.

Chez les chats atteints de la forme la plus répandue, cela se traduit par une baisse graduelle de la vue évoluant vers une cécité totale entre l'âge de 3 à 5 ans.

Cette maladie existe sous deux forme:

•l'une se transmet de façon autosomale dominante et se détecte dès le premier mois de vie du chaton. Cette forme de Pra est extrêmement rare. Les chats porteur d'une seule copie de la mutation ont un retard du développement et une dégénérescence des cellules photorécepteur de l'œil, qui mène à la cécité dès l'âge de 7 semaines.
Un chat ne présentant pas de symptômes de cécité peut être considéré comme sain ( PRA Rdy N/N) mais un chat présentant des symptômes pourra être soit porteur d'une copie ( PRA Rdy N/Rdy) soit complètement affecté. ( PRA Rdy/Rdy).
Un test est disponible dans le laboratoire VGL UC Davis.

•la seconde PRA ( et la plus répandue) est autosomale et récessive, sa détection est beaucoup plus tardive et l'évolution de la maladie est plus lente.

Dans les deux cas, la PRA peut être diagnostiquée lors d'un examen ophtalmologique réalisé par le vétérinaire. Il s'agit d'un examen indolore qui ne nécessite pas d'anesthésie, malheureusement cet examen révèle tardivement une anomalie pour la PRA de seconde forme. Cependant, à l'aide d'un test génétique on peut la déceler très tôt et faire la distinction entre les chats sains, les chats atteints et plus particulièrement les chats porteurs sains. Ces derniers ne peuvent être identifiés à l'aide d'un examen clinique et par conséquent peuvent diffuser la mutation à leur descendance.
Ce test ADN permet un diagnostic fiable, précoce, rapide et lutte contre le développement de la maladie. Un tel test permet aux éleveurs de faire un maximum pour éradiquer la PRA en testant les sujets destinés à la reproduction et d'éviter de faire naître des chatons atteints.

Après un test ADN de la PRA, le statut d'un chat pourra être soit :

 +/+ Non porteur de la Pra, ne transmettra jamais la mutation

-/+ Porteur sain de la PRA, transmet la mutation dans 50% des cas

-/- Atteint de la PRA, transmet la mutation dans 100% des cas

Dans l'idéal il faudrait ne marier que des chats non porteur ensembles, néanmoins pour éviter une réduction du pool génétique vous pouvez opter de faire reproduire un de vos chats porteur sain ou atteint dans un but d'avoir une seconde génération de chats non porteur ou porteur sain ( dans ce cas la troisième génération pourra être non porteur). Il faudra à chaque fois tester les chatons et garder pour l'élevage que les non porteur de PRA.

Qu'est-ce-que la PL ?

La luxation patellaire (du latin Patella = Rotule), dîtes PL, est une affection ostéo-articulaire commune chez le chien et occasionnelle chez le chat. Cependant elle est certainement plus fréquente que nous le pensons chez ce dernier, mais contrairement aux chiens, les chats sont en général assez musclés pour compenser le problème.

Anatomie

La rotule, située à l'avant du genou, est fixée dans le tendon du muscle de la cuisse (quadriceps) ; Elle glisse dans une gouttière du fémur (trochlée fémorale) au cours de la flexion et de l'extension du genou. La bonne position de cet os " flottant " au sein du quadriceps, dans la gouttière fémorale dépend d'un équilibre musculaire correct pour conserver cette position centrale. Lorsque la rotule sort de sa position anatomique normale, on appelle cela une luxation de la rotule.

Plusieurs choses peuvent provoquer une luxation de la rotule:

1. Ligaments trop lâches : Ils n'assurent pas le maintien correct de la rotule.
2. Une trochlée peu profonde ou aplatie : La rotule ne peut pas s'emboîter correctement.
3. Rotule trop large: elle sort de la trochlée.
4. Position anormale du muscle quadriceps.

Symptômes

Chez le chat, cette affection commence par des boiteries partielles (avec un appui de la patte sur le sol) ou totales (le chat ne pose plus la patte), une appréhension pour sauter, une maladresse, un verrouillage de l'articulation qui, à long terme, peut entraîner le développement d'arthrose. Les chats atteints se tiennent debout et marchent avec les postérieurs fléchis et arqués, comme légèrement accroupi. (La forme des pattes se dit en "cow-boy".)

La plupart des vétérinaires peuvent examiner les genoux de votre chat mais il est préférable d'aller chez un spécialiste : il faut faire très attention car avec de la force la manipulation peut faire sortir la rotule de son axe et provoquer une luxation. Une radio peut être pratiquée avant l'opération pour confirmer le diagnostic et mettre en évidence une ou des malformations de la rotule et la possible présence d'arthrose, fêlure ou de fracture. Cet acte, nécessitant un déboitement de la rotule (très douloureux), se pratique sous anesthésie le jour de l'opération (afin d'éviter à l'animal une double anesthésie) pour mieux guider l'acte chirurgical.

Il y a 4 degrés de luxation :

Degré 1: - Le vétérinaire lors de son examen luxe facilement la rotule, quand il relâche la pression la rotule revient en position normale. Des boiteries occasionnelles peuvent être observées chez le chat.
Degré 2: - La fréquence de la luxation augmente devenant plus où moins permanente, le chat peut la remettre en place en réalisant une extension de l'articulation ou une rotation du tibia dans le sens contraire à la luxation (en général on le voit faire un temps d'arrêt et reculer pour la remettre en place.). Lors de son examen, le vétérinaire ressent une sensation de craquement dans l'articulation. A ce stade, un début d'arthrose est envisageable.
Degré 3: - La rotule se luxe la plupart du temps dès que le chat repose son poids sur sa patte. La rotule peut être remise en position normale manuellement avec une extension du genou.
Degré 4: - La rotule est luxée en permanence et ne peut pas être remise en position normale manuellement. Le chat porte sa patte repliée en permanence, la douleur est réelle

Traitement

Les luxations patellaires de degrés 1 et 2 peuvent être traitées sans chirurgies.
Ce traitement consiste à une mise au repos du chat : éviter les sauts, les sorties extérieures et toutes activités " sportives " de l'animal. Dans le cas où l'alimentation du chat ne se base pas sur des produits spécialement conçus pour lui (croquettes et boîtes humides de qualités), un apport en calcium peut être envisagé sous contrôle vétérinaire.

Aux degrés 2 (selon la gravité du boitement, sa fréquence, l'âge et le développement du chat), 3 et 4, il faut intervenir chirurgicalement tôt, plus longtemps dur cette période de luxation et plus le physique (et psychologique) de l'animal sera endommagé.
La chirurgie consiste à stabiliser l'articulation de la rotule de différentes manières suivant le type de luxation.

Ces interventions nécessitent une quasi-absence d'activité du chat durant la cicatrisation et sa convalescence (6 à 8 semaines). Ce repos complet, préférablement en cage, est primordial pour éviter tout risque (sauts, chutes, courses) et pour contribuer au succès de l'opération.

Plus de 90% des animaux traités chirurgicalement ne montrent plus de signes cliniques, mais la quasi-totalité des animaux traités chirurgicalement déclare de l'arthrose.

Elevage

La PL n'est pas réellement une maladie, c'est plutôt une déformation congénitale (= présente à la naissance) qui semble bien être à caractère héréditaire. Elle peut être le résultat de lésions traumatiques (chute, mauvais saut, accident.), ou la combinaison des deux (déformation + choc traumatique). La transmission de cette déficience physique est polygénique = dépend de plusieurs gènes associés. Il n'y a pas de test ADN disponible, seul un examen clinique peut être réalisé par un vétérinaire.

La luxation patellaire n'est pas rare chez les Abyssins, quelques cas sont réellement connus et des cas de type I et II font leur apparition chez le Somali. Les éleveurs font leur possible pour éviter les mariages possiblement à risque soit en écartant tout chat atteint ou " porteur " de l'élevage, soit en effectuant des mariages judicieux pour éviter de faire naître des chatons atteints de cette affection. Futurs propriétaires d'une de ses races, n'hésitez pas à poser des questions aux éleveurs sur ce sujet.

Remarques

• Dans les cas les plus grave, les signes cliniques apparaissent dès l'âge de 4 mois.
• Il est conseillé de faire attention aux poids du chat présentant des symptômes. En effet un surpoids fragiliserait d'avantage ses articulations.
• Il apparaît que chez les chiens, les femelles ont un risque de luxation médiale environ 1,5 fois plus élevé par rapport aux mâles.
• Une femelle atteinte peut être en réel danger pendant la gestation au vu de sa variation de poids et des changements de son centre d'équilibre. Vous comprendrez pourquoi il est primordiale de faire stériliser une femelle atteinte.
• Dans 50 % des cas, la luxation de la rotule est bilatérale = elle touche les deux genoux.

Vous pouvez lire divers articles sur la luxation sur le web, et obtenir plus d'informations sur ce sujet.
Je remercie les personnes qui m'ont aidé à réaliser cet écrit sur la PL.

Qu'est-ce-que l'Amyloïdose rénale ?

Préambule : L'amyloïdose rénale est une maladie grave, assez rare, inéluctablement fatale, génétique mais dont le mode de transmission, à l'heure actuelle, est incomplètement connu. De ce fait, le gène muté n'étant pas encore – semble-t-il - isolé, un test diagnostic génétique n'a pas encore pu être mis en place. Nous pensons néanmoins malgré ces connaissances incomplètes et en pleine évolution, qu'il faut, pour éclairer le mieux possible l'éleveur, faire le point actuel de nos connaissances sur la maladie amyloïde en précisant bien que cette fiche d'information et de recommandations est celle de "l'instant actuel" et qu'elle sera susceptible de modifications au fur et à mesure de l'évolution de nos connaissances.

L'Amyloïdose rénale atteint principalement l'Abyssin, le Somali, le Siamois et l'Oriental.

C'est une maladie génétique grave, c'est à dire entraînée par un ou plusieurs gènes défectueux ayant subi une mutation. Sur de tels chats, la maladie va s'exprimer suite à un facteur déclenchant (infection, processus inflammatoire, certaines maladies du collagène, maladies auto-immunes, tumeurs malignes, etc...).

On pense aujourd'hui que la transmission de la prédisposition génétique serait autosomale (c'est à dire gène non porté par un chromosome sexuel) et vraisemblablement récessive (c'est-à-dire gène devant être présent à l'état homozygote pour s'exprimer) mais peut-être aussi dominante à pénétration incomplète. L'amyloïdose résulte du dépôt d'une substance, l'amyloïde, qui se fait un peu partout dans l'organisme du chat mais préférentiellement au niveau du rein (d'où son nom) mais aussi au niveau du foie (les formes "hépatiques" atteindraient plus électivement le Siamois). Les conséquences de l'accumulation de cette substance entraînent une sclérose tissulaire et une insuffisance rénale progressive et irréversible. (insuffisance surtout hépatique dans d'autres formes, chez le Siamois notamment).

Découlant de la connaissance génétique encore incomplète de la maladie, il n'existe actuellement pas de test ADN connu pour faire de diagnostic génétique.

Or, l'Amyloïdose rénale est impossible à diagnostiquer avant le début d'apparition des signes cliniques : ceux-ci surviennent le plus souvent entre l'âge d'un à cinq ans, ils sont d'évolution rapide et entraînent toujours alors assez rapidement l'issue fatale. Le diagnostic est donc totalement impossible et non prévisible à l'âge où sont vendus les chatons.

Les symptômes de l'amyloïdose sont ceux d'une insuffisance rénale grave :

Biologiquement : augmentation progressive et rapide de l'urée sanguine et de la créatinémie. Plus accessoirement, hyper phosphatémie et anémie. L'analyse d'urine montre peu d'albuminurie.
Cliniquement, polyurie et polydipsie souvent d'apparition tardive, anorexie, perte de poids, éventuellement vomissements sanguins. On pourra aussi quelquefois noter des ulcérations buccales et de la gingivite.
Le traitement n'est pas spécifique et n'est que le traitement symptomatique de l'insuffisance rénale grave et évolutive mais plus il est commencé tôt, en particulier avec des règles d'alimentation adaptée, plus l'évolution fatale sera retardée.

Recommandations d'actualité :

En matière de diagnostic, il vaut mieux ne pas privilégier la biopsie rénale : cet examen est assez lourd, demandant l'anesthésie générale chez un chat fatigué, et peut s'il n'est pas fait par des praticiens spécialisés donner des résultats « faux négatifs » car l'amyloïdose atteint (contrairement à l'homme) la médullaire (partie profonde du rein) et la biopsie intéressera le plus souvent la corticale (superficie du rein) qui ne sera atteinte qu'en fin d'évolution de l'atteinte rénale.
Il est, par contre, capital de faire pratiquer l'autopsie des chats morts dans des conditions suspectes (insuffisance rénale survenant chez un animal jeune dans les races concernées) : l'examen histopathologique des organes atteints (prélevés puis placés dans un liquide fixateur formolé tel que formol à 10 ou 4%) est évidemment nécessaire, en complément de cette autopsie. De même, il faut surtout préciser que la coloration Rouge Congo est indispensable pour déceler la substance amyloïde, pathognomonique de la maladie. Cet examen histologique des reins post mortem apportera un diagnostic de certitude et permettra, par l'étude des lignées, de tracer le gène par l'étude des pedigrees. C'est le seul moyen dont nous disposons actuellement pour, avec des informations fiables, éviter les croisements à risque.
Dans un avenir que l'on peut espérer proche, l'espoir est représenté par la mise au point d'un test ADN génétique permettant de détecter les chats porteurs du ou des gène(s) muté(s). Ceci permettrait, bien sur, d'éliminer de la reproduction les sujets homozygotes dans un premier temps, puis progressivement les sujets hétérozygotes après avoir assuré sur deux à trois générations leur descendance
Il semblerait que deux chercheurs néerlandais aient identifié deux mutations mais ceci demande à être vérifié…
Cependant, comme chez l'humain, il existe également d'autres formes d'amyloïdose chez le chat, celle du foie étant la plus virulente car elle atteint en quelques jours des animaux jeunes par éclatement de l'organe, sans aucun signe préliminaire de la maladie et celle du pancréas, où l'apport d'enzyme pancréatique peut retarder l'échéance fatale.
Un autre espoir réside dans l'optimisation d'un traitement spécifique, peut-être par la colchicine (expérimentée chez l'homme dans une maladie génétique assez semblable) mais à notre connaissance aucun essai clinique n'a encore été réalisé chez le chat.
En conclusion, redisons nettement que cette fiche résume l'état actuel de nos connaissances, qu'elle a pour but d'éclairer l'éleveur sur quelques points particuliers, et qu'elle sera actualisée dés que des "ouvertures" nouvelles seront connues.
Redisons notre espoir d'une identification rapide du gène muté, de la connaissance du mode de transmission exact et surtout de l'élaboration d'un test diagnostique ADN fiable qui découlera de ce progrès de nos connaissances.

(EXTRAIT du LOOF : http://www.loof-actu.fr)

Je rajoute que le laboratoire ANTAGENE (http://www.antagene.com) fait actuellement des recherches pour trouver un moyen d'éradiquer cette horrible maladie, beaucoup d'éleveurs qui ont perdu leurs chats ont envoyé des prélèvements pour aider à cette recherche. Je leur dis merci car grâce à eux, un jour peut-être nos aby-som n'auront plus à souffrir d'amyloïdose rénale !

Insuffisance rénale chez le chat : pas de distinction d'âge

L'insuffisance rénale ne concerne pas que les chats seniors. Quel que soit son âge, le chat peut en être atteint. Chez les plus jeunes, certaines maladies ou intoxications peuvent en être la cause.

Parfois, la partie encore fonctionnelle d'un rein continuant à assumer ses fonctions, les symptômes ne sont pas visibles de suite. Le diagnostic est moins évident et la maladie s'installe alors insidieusement.

L'atteinte d'un rein est irréversible. Il existe toutefois des traitements ainsi que des aliments spécialement élaborés pour les chats souffrant d'insuffisance rénale. L'alimentation devra alors être pauvre en protéines en phosphore et le chat devra disposer en permanence d'une gamelle d'eau fraîche.

Les symptômes

* Forme aiguë :

Ils ne sont pas spécifiques de la maladie : fièvre, abattement, vomissements, difficultés lors des mictions ou absence de miction.

*Forme chronique :

Polydipsie (le chat boit plus qu'à l'ordinaire), manque d'appétit, abattement, vomissements, anémie.

Dans la forme chronique, les symptômes ne sont pas immédiatement visibles. Le rein peut « fonctionner » alors qu'une partie est touchée par la maladie. Ce n'est que lorsque tout le rein est touché que le pronostic est alors posé avec certitude.

Le diagnostic

Il se fait notamment par prise de sang (taux d'urée et créatinine en hausse), examen des urines, radiographie.

Le traitement

*Forme aiguë :

Perfusions, diurétiques, et médication en fonction des troubles (calculs…).

*Forme chronique :

Un régime alimentaire peut être mis en place. Des aliments spécialement élaborés pour les chats atteints d'insuffisance rénale existent.

La prévention

Elle passe par une alimentation de qualité et variée : croquettes, pâtées complètes et alimentation "naturelle".

A retenir

Arrivé à un certain âge (dès 8 ans en moyenne), un bilan de santé régulier permettra de détecter d'éventuels problèmes rénaux et de prendre ainsi les devants. Une prise de sang peut suffire à détecter une insuffisance rénale naissante.

NB : Nous vous conseillons de faire surveiller votre chat Abyssin/Somali (ou tout autre race !) par votre vétérinaire à partir de ses 2 ans. Plus tôt la maladie est découverte et mieux elle est pris en charge.

Les groupes sanguins des chats ?

Chez les chats, il existe des groupes sanguins différents (comme chez les humains) qui sont A, B ou AB.

Le groupe A est le plus répandu dans la globalité des races.

Le groupe B est un peu moins répandu mais présent chez les Abyssins et Somalis .

Le groupe AB est rare et mal connu pour le moment.

Pourquoi est-il important de connaître le groupe sanguin de son chat ?

Un chat du groupe A (gène dominant) peut être porteur de B (gène récessif).

Cela signifie que deux parents testés A peuvent donner naissance à des chatons B.
(Un chat testé B est automatiquement B/B.)

Un chat de groupe A possède des anti-corps anti-B et un chat de groupe B possède des anti-corps anti-A.

D'où l'importance de tester le groupe sanguin de nos chats et de faire un suivi des lignées ! De même, pour les particuliers qui n'ont pas de portée, il est impératif de connaître le groupe sanguin de son chat avant qu'il ne se fasse transfuser ! (Il n'existe pas de donneur universel chez les chats...)

Papa A et maman B, attention DANGER !

Les mamans chattes de groupe B ont des anticorps très puissant contre le groupe A. Il faut donc séparer les chatons au minimum 16 heures de la mère, le temps que la paroi intestinale devienne imperméable pour ne plus laisser passer les anticorps dans le sang. Si les chatons venaient à téter leur mère, ils seraient victimes d'ictère hémolytique = Une mort brutale dans les premiers jours, symptômes :
• Urine brune presque rougeâtre, ictère ; asthénie, difficultés à téter ; pâleur intense des muqueuses ; retard de croissance, perte de poids, anorexie passagère ; anémie... Des souffrances atroces attendent ces chatons !

Chez les chatons survivant plus de deux semaines après la naissance, on remarque des nécroses de la queue ou des pointes des oreilles.

Alors comment contrer ce problème ?

Il faut être présent le jour de la naissance, retirer les chatons de la mère et les biberonner au minimum 24h. Ou les donner à une maman de groupe A allaitante pendant ces 24h. Pour garder un contact entre la maman et ses chatons, on peut lui mettre un collant ou un body, ce qui permet de cacher ses tétines et empêcher les chatons de téter.

Comment faire le groupage sanguin de son chat ?

Il est possible de faire groupage sanguin de son chat grâce à des kits rapide des laboratoires Alvédia (quelques gouttes de sang à mettre sur des bandelettes) ou via une prise de sang faite par votre vétérinaire et envoyée à un laboratoire spécialisé.

Quelles qualités un éleveur doit-il posséder ?

Être éleveur ne s'improvise pas, il ne suffit pas de marier un chat et une chatte d'une même race, c'est bien plus complexe que cela.

Les qualités essentielles d'un éleveur sont déjà beaucoup d'amour, de passion et de respect pour la race qu'il choisit d'élever.
Son objectif est de faire naître des chatons conforment au standard de leur race mais aussi (et surtout !) des chatons en bonne santé (sans tares génétiques) et avec des qualités comportementales irréprochables. Pour cela, l'éleveur va devoir construire un programme d'élevage judicieux et choisir avec soins les futurs parents de ses chatons.

Un éleveur se doit de tout mettre en œuvre pour faire vivre ses chats et ses chatons dans un environnement sain, enrichissant et sécurisé. Il doit être vigilant et rigoureux pour que sa maison ou ses locaux soient propres et ainsi éviter que virus et bactérie ne s'installe chez lui et atteignent ses chats.

Être éleveur, c'est oublié les week-ends, les jours fériés et les vacances car il y a les expositions, les visites des futurs propriétaires, les naissances et les imprévus qui nous font courir chez le vétérinaire à tout heure du jour ou de la nuit.

Il faut aussi être fort psychiquement et avoir le cœur bien accroché car l'élevage est loin d'être un long fleuve tranquille …

Si vous désirez vous lancer dans cette grande aventure, pensez à demander des conseils aux éleveurs déjà établis dans la race que vous désirez élever.

Je vous invite à lire cet article :

Cliquez ici

Le pedigree LOOF : la garantie d'un chat de race

Le pedigree de votre chat est tout simplement son arbre généalogique où sont répertoriés ses parents, ses grands-parents, ses arrières-grands-parents et ses arrières-arrières-grands-parents.

C'est l'unique garantit qui prouve que votre chat appartient à une race, sans pedigree il ne s'agit plus d'un chat "de race" mais d'un chat "d'apparence raciale" ou un chat de "type".Ces appellation n'apportent aucune garantie, ni morphologique, ni comportementale, mais signifient seulement que le chat ressemble à un chat de race abyssin, somali ou siamoise, par exemple.

Pourquoi un pedigree LOOF ?

Le LOOF est l'unique organisme de généalogie féline reconnu par le Ministère de l'Agriculture à ce jour, il est par conséquent le seul habilité à fournir aux éleveurs français des pedigrees officiels pour leurs chatons.

Un chat né en France ou issu d'un élevage français sera considéré comme un chat de race que si il possède un pedigree LOOF. Sans ce dernier, un chat né en France est considéré comme un « chat de gouttière », même si ses parents ont un pedigree LOOF (loi du 6 janvier 1999, décret du 28 août 2008) et ne peut prétendre qu'à l'appellation de chat de « type » ou chat « d'apparence ».

Aujourd'hui, l'utilisation du terme « chat de race » pour un chat sans pedigree LOOF est considérée comme une tromperie par les tribunaux et l'éleveur peut être condamné.

Le pedigree LOOF est un document officiel. Demandé par l'éleveur, et par lui seul, son coût global est de 35 €.

http://www.loof.asso.fr/gp/achat.htm

Qu'est-ce-que le COI ?

Le coefficient de consanguinité (COI)

Le coefficient de consanguinité (COI) est un outil pour aider les éleveurs dans leurs choix d'accouplements.

La consanguinité est le résultat de l'accouplement de reproducteurs apparentés.

Son utilisation peut avoir les conséquences suivantes :

  • Favorables, lorsqu'elle permet l'expression de gènes "intéressants" issus de un ou plusieurs ancêtres ;
  • Défavorables, lorsqu'elle entraîne l'accumulation dans le génotype de gènes indésirables et leur expression.

Les premières conséquences visibles se font sentir au niveau des performances de reproduction. Mais elle entraîne également une diminution de la variabilité génétique, c'est à dire que les animaux ont de plus en plus tendance à se "ressembler" d'un point de vue génétique.

Le calcul du coefficient de consanguinité donne la probabilité qu'un individu reçoive, à un locus quelconque, des gènes identiques provenant d'un ancêtre commun à ses 2 parents.

  • Si les parents n'ont aucun ancêtre commun, le COI de l'individu sera nul.
  • Si le chat et la chatte sont déjà apparentés, le COI de l'individu sera plus ou moins important selon le degré d'apparentement de ses parents.

Comment utiliser un coefficient de consanguinité ?

Dès lors que le chat possède au moins 5 générations de renseignées dans sa généalogie, on peut considérer le cœfficient calculé comme un bon indicateur de la consanguinité de l'individu.

Est-il déconseillé d'utiliser un reproducteur consanguin ?

La réponse est NON car le consanguinité n'est pas transmissible, il dépend uniquement de l'apparentement des 2 reproducteurs accouplés.

Exemple 1 :
X le chat a un cœfficient de consanguinité =0 et Y la chatte avec laquelle il a été accouplé possède également un coefficient de consanguinité =0.
X et Y sont frère et sœur, le cœfficient de consanguinité de leur produit sera élevé du fait de leur apparentement (0,25 ou 25%).

Exemple 2 :
E le chat a un cœfficient de consanguinité de 8% et J la chatte avec laquelle il a été accouplé possède de son côté un cœfficient de consanguinité de 6%.
E et J n'ont aucun ancêtre en commun dans leur généalogie, le cœfficient de consanguinité de leur produit sera nul (0%) du fait de leur non apparentement.

Donc avant de conclure sur le choix des reproducteurs à accoupler, il est indispensable de regarder les coefficients de consanguinité des reproducteurs choisis, mais également leur pedigree 5 générations.

Un coefficient de consanguinité qui dépasse les 6% peut devenir gênant pour un individu ; cela ne veut pas dire que l'individu sera "mauvais" mais son utilisation commence à représenter des risques, surtout si de tels niveaux concernent l'ensemble des reproducteurs régulièrement utilisés. Ces risques sont au niveau d'une population : baisse de la fertilité des reproducteurs, risque d'apparition accrue d'anomalies génétiques, …

Pour mieux se repérer : Valeurs indicatives du coefficient de consanguinité (en %) d'un produit selon le lien de parenté entre ses deux parents


Issu de l'article COI écrit par S. Danvy


Acceptez-vous les saillies extérieures ?

Nos adorables garçons sont régulièrement sollicités pour des mariages avec des demoiselles qui ne sont pas de chez nous. Nous ne sommes pas contre l'idée à la base, tant que la demande est nourrie de vrais motivations pour la race, en respect des chats et en respect avec nos règles sanitaires.

Vous comprendrez donc que nous nous gardons le droit d'accepter ou de refuser les demandes qui nous sont soumises sans avoir à nous expliquer sur notre décision finale.

De plus, nous avons déjà eu plusieurs déboires avec des personnes différentes donc dorénavant les choses sont claires et notées sur notre site :

1/ Nos conditions sanitaires sont non négociables.
2/ Notre contrat est non négociable, aucunes clauses ne sera ajoutées ou retirées à votre demande.
3/ Nous acceptons que des chattes avec un pedigree LOOF ou un pedigree reconnu par le LOOF (le N° de certificat d'enregistrement au LOOF vous sera demander).
4/ Nous acceptons que des chattes testées génétiquement pour la Pk-def, la PRA, le groupe sanguin et testées négatives pour le FIV / FELV, giardiose et tritrichomonas foetus.
5/ Pensez à un plan B si nous ne pouvons pas accueillir votre chatte au moment souhaité ou patientez jusqu'à ce que nous puissions l'accueillir.

Si un de ces 5 points de vous convient pas, merci de ne pas nous contacter, çà serait une perte de temps pour vous et pour nous.